Compte-rendu “Débuter… transmettre” du 19 nov 2016

Quand la mort frappe à la porte.

Six participantes, Six excusées….qui avaient envoyé avant l’atelier des témoignages très touchants !

Dès le début de l’atelier, une autre lecture de la thématique s’est imposée…

Quelle est la posture du Thérapeute quand lui-même est touché personnellement par la mort ?
Ont été évoqué à travers les expériences partagées

  • Une position basse. Faire avec ce qui surgit dans le champ… la mort, la tristesse mais aussi la lenteur, la difficulté à trouver des mots, l’indicible, le repli sur soi.
  • Le fait d’être dans une autre dimension loin de la mentalisation avec une sensation de ne plus rien avoir à perdre en séance…
  • Un changement de rythme laissant plus de place aux silences, au « laisser venir »…
  • La posture du patient qui s’adapte et permet à l’inédit d’avoir lieu.D’où un échange sur la bienveillance du patient et des cadeaux qu’il peut faire au thérapeute lors de ces séances où le Thérapeute est vulnérable, fragile et pourtant là, très présent autrement….

Le questionnement sur l’accompagnement en fin de vie a été aussi soulevé. Quelle est notre posture en tant que Gestalt Thérapeute ?
Nous sommes arrivés au constat que nous accompagnons dans le lien et la relation…
La notion du « Deuil en soi » vient faire figure pour rappeler qu’il faut du temps pour le faire, du temps pour le vivre induisant une autre posture à l’autre -à position basse !
C’est aussi le temps de revisiter un parcours de vie, d’identifier les ruptures, les habitudes, la nature des liens que nous avons tissés.

A avoir en tête que patient comme thérapeute que nous oscillons entre 3 états…
L’état d’équilibre, l’état de vulnérabilité et l’état de crise en lien avec notre environnement et interagissant dans le champ.

Pour l’enfant face à la mort, quelques repères à avoir

Jusqu’à 4 ans : l’enfant est conscient de la Mort mais ce n’est pas un drame ! La mort est réversible… il y a beaucoup de place pour le jeu autour de la mort réversible «  t’es mort, pan-pan !, on dirait que t’es mort, …t’es plus mort »
De 4 à 7 ans : l’enfant sait que la mort c’est triste. Il l’identifie et le vit souvent comme un abandon, une rupture de la relation…plus ou moins définitive.
Autour des 7 ans : l’enfant découvre que la mort, c’est définitif. Pas de retour en arrière possible…
A 8 ans : l’enfant prend conscience que tout être vivant va mourirà notion de « consubstantialité ». angoisse existentielle …il est lui aussi concerné !

Les angoisses liées à la mort peuvent apparaître à l’endormissement.

Piste de travail : pour tous ceux qui ne peuvent mobiliser les mots et ne peuvent dire ce qui les angoisse : la boite aux tracas et la mise à distance … tu écris ce qui te tracasse, te soucie sur un papier et le mets dans la boite à tracas donc ce n’est plus dans ta tête ! tu en écris tous les jours, même si c’est la même chose qui revient… (c’est aussi possible de dessiner le tracas !)

A l’adolescence : L’ado est dans la toute puissance et la recherche de ses limites: «  je suis plus fort que la mort ». Il/ elle vient chercher et prendre conscience de ses limites. Ca parle d’énergie de Vie.
Mort symbolique de la vie avec les parents pour passage à sa propre vie…

Bibliographie

Une vie pour se mettre au monde, Marie de Hennezel.
La mort intime, Marie de Hennezel
Mourir aujourd’hui, les nouveaux rites funéraires, sous la direction de Marie Frédérique Bacqué.

Formation évoquée pouvant être utile

Une formation sur le repérage de la crise suicidaire organisée par l’ARS/ MSA avec le Dr Kaïna Kebal du CH de Bouguenais.

Prochaines dates des Ateliers «  Débuter et Transmettre »

Samedi 28 janvier sur comment travailler avec la précocité intellectuelle ou voyage au pays des « Zèbres »
Samedi 1er avril : la planète ado.

Au vu de la richesse des échanges et des questions soulevées, l’organisation d’une journée RGO sur la thématique de « la Mort qui s’invite et du deuil qui rôde » va être proposée avec une date à confirmer en septembre prochain.
Contacter Marie Thé pour toutes idées d’ateliers à animer autour de cette thématique ou mise en place d’une conférence qui pourrait être ouverte au grand public .